Roller Hockey Féminin

Les Rascasses de Provence, bilan de saison

C’est l’une des équipes qui a rejoint le championnat féminin la saison dernière. Avec l’accent chantant d’Aubagne et d’Aix-en-Provence, les Rascasses de Provence ont tellement bien pris leurs marques… qu’elles ont fini en tête de la poule basse, devant les formations de La Chapelle et de Lyon.

Leur coach, Olivier Pagnon, revient sur la formidable saison des Rascasses : il est aussi l’un des acteurs forts de son arrivée en championnat, pour avoir soutenu le projet dès le début.

Les Rascasses : retour sur une saison complète

Par Olivier Pagnon

La quasi-totalité de l’équipe découvrait le championnat féminin de roller hockey, pour certaines d’entre elles c’était même leur découverte du roller-hockey en compétition. Et vivre de l’intérieur la création d’une équipe est une expérience formidable, riche émotionnellement.

On n’oubliera pas évidemment les débats interminables et passionnés pour choisir le nom de l’équipe, les couleurs, le logo et le maillot. Les discussions autour des lieux d’entraînements ou l’excitation lors de la confirmation de notre inscription en championnat.

Les filles sont rentrées dans ce championnat complètement dans l’inconnu. Le groupe s’entrainait depuis une année, mais leurs seules références étaient quelques matchs amicaux contre des équipes masculines régionales et le tournoi féminin d’Aubagne. Le manque de repères et d’expérience était criant. Comme le dit Laura Maugenest : « on avait un groupe de joueuses qui pratiquait le même sport, qui faisait des tournois, des entrainements, des passionnées du hockey mais pas vraiment UNE EQUIPE. »

Les objectifs sont alors très modestes, se faire plaisir, découvrir le championnat féminin, étoffer l’effectif pour préparer l’avenir et surtout jouer au hockey entre filles.

Débuts difficiles contre Seynod et Ris-Orangis

Les premiers matchs contre Seynod puis Ris-Orangis ont vite fait comprendre l’étendu du travail qui attendait les Rascasses, ne serait-ce que pour proposer une opposition crédible à leurs adversaires. Comme le traduisent les propos d’Océane Reymond : « en tombant contre de grosses équipes comme Ris-Orangis, nous avons subi de lourdes défaites qui au lieu de nous encourager, nous ont fait nous remettre en question. Et c’est normal… J’ai surtout remarqué leur solidarité et leur force mentale dans le jeu. Pour moi le but c’est d’atteindre cela ! »

Rascasses de Haute Provence

Les filles se sont alors mises à l’ouvrage, enchaînant les entraînements mixtes et féminins. Plus encore, humainement, il fallait construire l’équipe, Laura Maugenest et Caroline Follet renchérissent de concert : « les activités et les rencontres hors-terrain entre les joueuses se sont multipliées déclenchant des prises de conscience, des remises en cause personnelles, stimulant la motivation et permettant à chacune de trouver sa place dans le groupe. »

Le hasard du calendrier avait prévu 4 matchs consécutifs contre Lyon, ces 4 rencontres ont permis de révéler la progression de l’équipe. « Ces matchs nous ont aidé à forger un esprit d’équipe notamment le match en coupe de France [défaite en prolongation] ; nous avons réussi à gagner en confiance, en technique, en combativité, » précise Laura.
Cependant la situation devenait pesante et comme le dit Marine Désert, « on ressentait de la frustration en cette fin de première phase, car malgré des entraînements très réguliers et de réels progrès, on ne connaissait aucune victoire. »

Enfin, le goût des victoires

Et à la fin de la dernière rencontre contre Lyon, une 4ème défaite comptant pour la première journée du championnat poule basse, la déception et la frustration étaient telles qu’il devenait évident que l’objectif avait changé. Il n’était plus question de seulement participer mais l’équipe voulait gagner, tout gagner !

Rascasses de Haute Provence

Mais cette deuxième phase du championnat allait offrir aux Rascasses l’opportunité de rencontrer des équipes plus proches de leur niveau et de montrer leurs progrès. C’est à Toulouse que ce travail va se concrétiser au tableau d’affichage en revenant avec 2 victoires contre Saint Médard et Toulouse.

Témoin privilégié de cette évolution, la jeune gardienne des Rascasses, Lucile Aubery précise : « au fil des matchs, depuis les cages, je vois la progression de l’équipe, du beau jeu, du jeu construit, ça fait vraiment plaisir à voir ! »

C’est donc avec la satisfaction de voir enfin les effets positifs de leurs efforts que les filles ont repris le chemin de l’entrainement afin de préparer le sprint final du championnat, avec une motivation et une envie décuplées. Jusqu’ici l’aventure a vraiment été belle, laissant le droit d’espérer des jours encore meilleurs, comme le dit Océane Truphémus : « en observant les progrès flagrants de chacune et nos victoires, cette fin de saison me donne de l’ambition pour les prochaines années… Avec une équipe dans laquelle on se sent bien. »

La première place et « une équipe formidable »

Rascasses de Haute Provence

Il restait deux matchs à jouer pour conclure ce championnat N3 féminin. Suite au coup du sort qui a durement touché Lyon et qui a modifié la réalité du terrain, les Rascasses étaient dans une position favorable. L’envie de terminer la saison en beauté est furieusement présente, Caroline de soutenir: « il y a encore pas mal de boulot mais je crois en cette équipe et en ce qu’elle peut donner pour les deux derniers matchs. On ne lâchera rien… ». Bilan : une défaite contre La Chapelle, et une dernière victoire contre Amiens… et la première place de la poule basse.

Mes mots à « moi » : « Je coache une équipe formidable, des joueuses de caractères, mais surtout de redoutables compétitrices prêtes à en faire beaucoup pour progresser et gagner. Presque jamais satisfaites, elles sont à la recherche de la perfection. Une chimère inatteignable qui n’est pas sans poser des difficultés, mais qui crée un état d’esprit favorable au travail. Les évolutions personnelles et collectives de cette équipe au cours de la saison resteront parmi mes meilleurs souvenirs sportifs et humains. »

Rascasses de Haute Provence

2 Comments

  1. Gallo

    août 9, 2015 at 7:37

    Ce sont les Rascasses de Provence, pas de Haute Provence 😉

  2. Redaction

    août 9, 2015 at 10:41

    C’est corrigé, désolée ! 🙂

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *